Skip to content

L’Emmerdeuse qui sait se faire aimer

Au printemps dernier, nous avions découvert L’Emmerdeuse au Funambule Montmartre, une pièce mêlant avec finesse l’humour à l’émotion, pour mieux explorer la confusion des sentiments. Après tout un mois passé au Festival d’Avignon, la voilà de retour à Paris dès le 8 août prochain.

Un funambule à Paris

Un titre percutant, une affiche soignée et d’excellents retours ont achevé de nous convaincre d’arpenter un lundi soir la poétique rue des Saules. Une lanterne amicale nous fait un clin d’œil au carrefour : aucun doute, le théâtre du Funambule Montmartre est là. La file qui s’étend sur le trottoir attire la curiosité. La moyenne d’âge ne dépasse pas 30 ans : de jeunes âmes qui  espèrent stimuler ce début de semaine grâce à l’énergie des planches.  Nous en espérons tout autant.

Folie douce d’une rencontre improbable

Le rideau s’ouvre sur l’intérieur d’un bistrot du fin fond de la France. Des chaises, des tables, un bar, des bouteilles alignées sur des étagères. Le serveur va fermer. Samuel, le sommeil au bord des cils, range et astique. Un coup de fil : mamie s’inquiète. Il la rassure, retourne l’écriteau de la porte d’entrée et s’éclipse dans l’arrière-boutique. Soudain tout s’accélère. Une fâcheuse entre. Gwenaëlle s’installe à une table et sort un à un des objets incongrus de son sac. Elle ne bougera plus, au grand désespoir de Samuel qui n’aspire qu’à se coucher. Les multiples stratégies pour faire partir cette Basque espagnole fantasque échouent

Splendide Fabienne Louin

L’identification fonctionne. A peine entrée sur scène, la jeune femme agace. Elle nous tire avec violence de ce va et vient du chiffon de Samuel lustrant son bar. Son hystérie nous épuise aussi. Qu’elle sorte et nous laisse en paix dans le repos de l’ordre et du silence ! Puis Gwenaëlle prend la parole. Elle se fait plus subtile et laisse deviner une pensée souterraine et complexe. Où veut-elle en venir ? Qu’y-a-t-il derrière cette frénésie ? Fabienne Louin insuffle une vraie profondeur à son personnage. Elle allie au naturel une sensibilité remarquable qui émeut peu à peu le public. Samuel, joué avec justesse par Thomas Lempire, s’efface au fil des scènes pour laisser sa partenaire prendre son envol. La conversation s’achemine vers l’intime. Les confessions sortent avec pudeur. Gwenaëlle entraîne Samuel dans les méandres des sentiments. Elle, courageuse et touchante, lui, aveugle et attendrissant de maladresse. Ils parviendront enfin à se comprendre sans pour autant donner une solution aux difficultés de la communication amoureuse.

Nous avons été conquis par la fraîcheur et la délicatesse de cette pièce. Que faire d’autre que vous la conseiller?

 

>>Réserver vos places pour L’Emmerdeuse sur Ticketac.com

afficheemmerdeuse

 

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS