Skip to content

Bérengère Krief, l’interview express

Fraîche, pétillante et girly à souhait, Bérengère Krief s’est prêtée avec enthousiasme au jeu de l’interview express : 18 questions pour faire connaissance avec l’une des humoristes les plus courues de Paris, actuellement sur la scène de la grande salle du Grand Point Virgule.

 

Quel est votre truc contre le trac ?

J’ai pas trouvé encore.  Je cherche, j’ai  fait un peu de yoga… Mais je n’ai pas de rituel car si un soir un truc venait à manquer, j’aurais peur que le spectacle se passe mal. Donc non.  J’essaie d’arriver détendue, de profiter de la journée et puis voilà.

Si vous étiez une super-héroïne, quels seraient vos pouvoirs ?

J’aurais le super pouvoir d’être préparée en un claquement de doigts : lavée, habillée, maquillée, coiffée…  Je trouve que c’est un temps de préparation qui est trop long. Sinon, j’aimerais aussi pouvoir manger tout ce que je veux sans grossir.

Bérengère KriefSi vous deviez avoir un rancard avec un super-héros, ce serait avec qui ?

Avec FidèleMan bien-sûr, l’homme qui ne trompe jamais sa meuf. Après on peut se tromper de super-héros et tomber sur Mythoman, c’est un peu dommage…

Quel est votre lieu de vacances favori ?

Je vais en Espagne depuis que je suis toute petite, mes grands-parents ont une maison sur la Costa Brava. C’est un peu le rituel familial chaque année. Sinon l’année dernière je suis allée en Thaïlande, sur une petite île qui s’appelle  Ko Samet. J’avais l’impression de rentrer dans une carte postale : l’eau à température idéale, le sable fin, le soleil, personne, c’était fou. Mais on m’a dit que depuis, cette plage a été recouverte par une marée noire. Trop triste. Mon havre de paix n’existe plus.

Racontez-nous un souvenir d’enfance ?

Une fois j’ai fêté le jour de l’an avec toute ma famille à EuroDisney. Mon père s’était fait mal au genou dans un manège et à minuit on s’est souhaités la bonne année dans un box de l’infirmerie de Mickey, qui est très moche, pas de déco, aucun rideau, que dalle… J’avais 12 ans.

A quelle superstition croyez-vous ?

Ça peut paraître un peu niais de dire ça, mais je n’aime pas faire quelque chose de mal à quelqu’un parce ce que ça pourrait me retomber dessus. La roue tourne. Ma grand-mère dit toujours : « Ce qui doit se faire se fait ».

Contre quel péché ne pouvez-vous pas lutter ?

La bouffe ! La gourmandise !

Quel est votre dernier caprice ?

J’ai pas vraiment de caprices. Je n’ai pas besoin de trucs bizarre dans ma loge comme des Pépitos mais par quatre ou je ne sais quoi… Ah si, j’ai insisté pour avoir Hervé, mon flamand rose, sur scène.

Vous êtes plutôt Vuitton ou Louboutin ?

Pour tout dire, je suis nulle en marques. On me fera plus kiffer avec un sac fantaisie rose plein de fleurs qu’avec un sac Louis Vuitton. Le plus souvent j’achète des bijoux en plastique, je ne coûte pas très cher en fait.

Bérengère Krief

Bérengère Krief sur la scène du Grand Point Virgule accompagnée de son flamand rose, Hervé.

Quel film a changé votre vie ?

Amélie Poulain. Les gens sont assez radicaux avec ce film, soit ils adorent, soit ils détestent. Je ne comprends pas qu’on puisse avoir de la haine contre ce film qui n’est qu’amour. Avec un ami, on avait l’album du film et en arrivant à Paris, on a fait notre pèlerinage Amélie Poulain.

Racontez-nous un rêve impossible ?

Aller à Tokyo et ramener tout ce que je veux. Quand je fais des magasins trop grands avec trop de trucs que j’aime, j’ai  comme un étourdissement et je me dis que je ne pourrai jamais tout acheter.

Si vous étiez une Barbie, quel serait votre nom de série ?

Barbie stand-up. Elle aurait un micro avec des strass, un peu comme Mariah Carey, et puis un tabouret haut et une bouteille d’eau, voire une petite serviette rose pour s’éponger le front.

Quel est votre talent caché ?

J’avais un talent caché qu’on a mis en scène, celui d’imiter Cristina Cordula. Je fais aussi très bien le gâteau au yaourt aux pommes.

Qu’est-ce qui vous insupporte ?

Les approches de drague bidons. J’en parle beaucoup dans le spectacle parce que faire peur à une fille n’est pas de la drague, c’est tout autre chose… Ce côté, je passe, je glisse ma petite phrase et si la fille ne répond pas, je la traite de pute, ça m’énerve.

Quel est votre plaisir inavouable ?

J’adore prendre mon petit-déjeuner en pyjama. Mais le problème c’est que si  je le fais, je vais mettre très longtemps à me préparer. Le petit-déj prend trois heures et au final je mets quatre heures à sortir de chez moi…

Quel personnage auriez-vous aimé être ?

Quand j’étais ado, j’adorais la série Les Incroyables Pouvoirs d’Alex. L’héroïne était une blonde australienne qui portait des caquettes à l’envers, elle pouvait se liquéfier. Je voulais être elle. J’avoue, je mettais des casquettes à l’envers et je m’habillais un peu comme elle. Mais j’avais 15 ans.

Dans votre spectacle, vous associez des personnalités qui n’ont rien à voir pour créer des êtres improbables. Si  je vous dis Lady Gaga et Gérard Depardieu, vous me répondez…?

Lova Moor en fin de soirée.

Inventez la fin de cette citation : « Le rire est le chemin le plus direct… »*

Vers la séduction, le bonheur et mon spectacle

 

>>Réservez vos places pour le spectacle de Bérengère Krief au Grand Point Virgule

Bérengère Krief - affiche

 

*Citation de Charlie Chaplin : « Le rire est le chemin le plus direct entre deux personnes ».

 

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS