Skip to content

Fabrice Luchini rêve-t-il d’une heure de tranquillité ?

Une heure de tranquillité 

Une heure de tranquillité revient ! Fabrice Luchini reprend le succès du printemps dernier signé Florian Zeller au Théâtre Antoine, une pièce qui s’est jouée de nombreuses semaines à guichet fermé. Le 18 octobre, nous serons au rendez-vous !

L’impossible solitude

Notre dernière grande émotion portée par Fabrice Luchini acteur fut sans conteste cet inattendu et merveilleux film qu’est Alceste en bicyclette de Philippe Le Guay. Dans un décor à la fois sauvage et familier, celui de l’île de Ré, l’orateur majestueux Luchini s’accordait avec Lambert Wilson  dans un ballet d’incessants allers-retours en vélo sur le bord de mer, à la recherche du misanthrope idéal, celui de Molière bien sûr, mais surtout de son double caché en chacun de nous, ce trait de l’âme qui nous a tous conduit un jour ou l’autre à désirer plus que tout la solitude et son repos.

Nul doute que Michel, personnage central d’Une heure de tranquillité, rêve de ce doux isolement qui lui permettra d’écouter un disque de jazz fraîchement déniché. Mais nous sommes au théâtre et lui accorder ce plaisir n’aurait aucun intérêt, laissons l’entourage lui gâcher son bonheur égoïste. La famille, les voisins, les amis, tous ont décidé ce jour précisément de lui pourrir simplement l’existence en sublimant leur capacité d’intrusion  par tous les moyens possibles. Fabrice Luchini revêt l’habit de Michel, pauvre hère assailli par ses proches et plus largement la société. Seul contre tous, c’est bel et bien son individualité qu’il doit protéger, sa propre personne révélée par ce morceau de jazz impossible à écouter.

Une heure de tranquillité 2

Dans le rôle des facheux, nommons Christiane Millet, Chloé Lambert, Emmanuel Patron, Xavier Aubert, Joel Demarty et Ivan Cori, dont le pouvoir de nuisance est orchestré par Ladislas Chollat, metteur en scène de talent qui avait déjà adapté Le Père de Florian Zeller, avec Robert Hirsch et Isabelle Gelinas au Théâtre Hébertot la saison dernière ; de nouveaux arguments en faveur de notre impatience à l’idée de la reprise prochaine d’Une heure de tranquillité le 18 octobre prochain.

Ce printemps, Nathalie, membre de l’équipe Ticketac.com, avait réussi à contrer la fatalité des représentations jouées à guichet fermé. Elle nous fait partager aujourd’hui son ressenti d’un spectacle de haute volée.

L’avis de Nathalie

« Il est des artistes qui savent se rendre, avec talent, là où on les attend. Et puis ceux, plus rares, à  la flamboyance joliment impertinente, qui décident, seuls, du point de rencontre avec leur public… Fabrice Luchini est de ceux-là, de ceux dont la grandeur permet toutes les libertés .

Dans Une heure de tranquillité, c’est avec le rire qu’il acte l’union, ou plutôt…les rires. Celui, spontané, audible, communicatif, provoqué par ce que la pièce nous offre à voir, à entendre. Une succession d’intervenants perturbateurs qui défient le personnage interprété par Fabrice Luchini de vivre son « heure de tranquillité ». Et puis il y a un rire plus intérieur, un rire d’auto dérision, qui nous renvoie à notre propre existence… Pourquoi est-ce si peu simple de s’extraire du brouhaha de sa vie sociale, familiale, amoureuse, pour passer un moment avec soi-même ? Pourquoi ceux qui vous entourent, ceux qui vous aiment, cherchent (aussi) a occuper cet espace qui n’appartient qu’à vous et qui n’a pas vocation à être partagé?

Si un jour je rencontre Fabrice Luchini  j’aimerais lui poser ces questions…

N’est ce pas le sujet de fond de cette très belle pièce ? »

 

>>Réservez vos places pour Une heure de tranquillité sur Ticketac.com

Une heure de tranquillité - affiche

 

Vous avez vu la pièce ou programmez de la voir? Dites-nous tout !

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS