Skip to content

Cyrano de Bergerac, deux interprétations d’un même nez

Fin de saison dernière, Cyrano de Bergerac est à l’honneur : Denis Podalydès et Michel Villermoz,  Dominique Pitoiset et Philippe Torreton,  Georges Lavaudan et Patrick Pineau… Des couples metteurs en scènes/comédiens qui cartonnent avec des adaptations audacieuses de la pièce préférée des Français. La rentrée 2013-2014 aussi s’annonce riche en reprises du chef-d’oeuvre d’Edmond Rostand. La Comédie Saint-Michel et le Théâtre des Variétés ont retenu notre attention avec deux versions radicalement différentes, à nouveau sur scène.

Au-delà de Depardieu

« Cyrano de Bergerac…encore ! » nous diriez-vous.  Pas une année sans un Gascon au grand nez à l’affiche. Certaines adaptations ont fait la une, celle de Denis Podalydès (en reprise l’été dernier) en est un bel exemple avec ses six Molières et son retour récurrent à l’affiche de la Comédie Française. La plupart cependant ont du mal à exister dans le foisonnement de l’offre théâtrale parisienne. Nous avons donc entrepris une chasse au Cyrano pour vous faire découvrir, au-delà de Gérard Depardieu et Michel Villermoz, ces comédiens qui échappent aux projecteurs des médias, mais ne redonnent pas moins chaque soir poésie et panache à un personnage mythique.

Cyrano de Bergerac - Comédie Saint-MichelPile : fougue, espièglerie et émotion à La Comédie Saint-Michel

Adapté par Patrick Savey et Amélie Dhée, le Cyrano de la Comédie Saint-Michel transporte son public dans un drame épique et romantique. Une scène sans fioritures, un décor modeste mais soigné et des lumières timides sont, contre toute attente, des atouts pour la troupe de jeunes comédiens qui s’y produisent. La simplicité du cadre donne la primauté au jeu ! Nous avons été conquis par une Roxanne intrépide, espiègle et impertinente. Amélie Dhée donne de la force et de la présence à un personnage féminin trop souvent écrasé par l’envergure du poète batailleur. Thomas Bousquet (remplacé par Raphaël Chapelant depuis), quant à lui, endosse le rôle phare avec maîtrise. Il y a dans chacune de ses interventions une réelle envie de faire vivre chaque vers, chaque mot.

Les spectateurs se laissent porter par une mise en scène élégante qui met en relief les plus infimes émotions. Une des difficultés de la pièce d’Edmond Rostand est de réussir à conjuguer tous les registres tout en conservant un rythme soutenu dans l’enchaînement des actes. Le pari est ici réussi. Les scènes épiques nous ont tenus en haleine (belle chorégraphie du combat à l’épée entre le vicomte de Valvert et Cyrano), les intermèdes romantiques nous ont séduits, les fins tragiques nous ont émus.

Une jolie adaptation qui fait honneur au texte !

 

Cyrano de Bergerac Théâtre des VariétésFace : ingéniosité, farce et passion au Théâtre des Variétés

Cyrano de Bergerac version clownesque ! Il fallait y penser, il fallait l’oser ! Le Théâtre des Variétés a laissé carte blanche à Damien Luce pour installer son univers poétique et touchant sur les grands boulevards parisiens.

Avant même que le spectacle n’ait commencé, de drôles de personnages – maquillage blanc, faux nez et chaussures aux couleurs aveuglantes – se pressent dans le hall d’entrée pour nous montrer le chemin. Avec humour et prévenance, ces étranges saltimbanques nous guident jusqu’à nos place,  prémices de notre plongée dans un monde loufoque et sur vitaminé…en alexandrins.

Les comédiens jouent de toutes les façons possibles : avec le texte, avec le public, avec des instruments de musique, avec des objets, avec le vide par le mime. Cette joyeuse confrérie de clowns à nez blancs provoque une tempête de rires et d’émotions dans un rythme soutenu. Impossible de rester de glace face à des perles d’ingéniosité dans la mise en scène. Un écran permet à la fois la projection d’éléments de décors et l’introduction de poétiques ombres chinoises, les épées sont des plumes, la fenêtre de Roxanne est une webcam. Nous n’en dévoilerons pas plus.

L’univers clownesque démontre avec brio sa capacité à faire cohabiter la farce avec le sentiment profond. La mélancolie, la tristesse, la passion, le désespoir, sont exacerbés par ces figures désinhibées. Leurs visages grimés, leurs costumes et coiffures fantasques, leurs enfantillages dévoilent des êtres à fleur de peau. Le clown Cyrano (joué par Damien Luce), avec son nez rouge pour unique marque de laideur, est bouleversant de tendresse et de générosité. Ses compagnons de scène insufflent une réelle originalité à chaque personnage sans jamais dénaturer le texte d’Edmond Rostand.

Pure folie poétique que cette mise en scène. Une folie ô combien réussie !

 

>> Réservez vos places pour Cyrano de Bergerac à La Comédie Saint-Michel et/ou au Théâtre des Variétés sur Ticketac.com.

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS