Skip to content

Le café-théâtre : portrait d’un genre

Le café-théâtre ne connaît pas la crise avec ses promesses d’humour, de fantaisie et de légèreté le temps d’une courte soirée. Aujourd’hui, les créations dépassent le simple cadre du petit théâtre buvette, en témoignent les succès d’ Alil Vardar – 10 ans de mariage et Le Clan des divorcées – régulièrement diffusés à la télévision. Retour sur l’essor d’un genre populaire qui ne cesse de se renouveler.

Définition : à l’origine, le café-théâtre désignait un lieu où l’on pouvait assister à un spectacle, le plus souvent humoristique, tout en buvant un verre. Petite scène aux moyens restreints, le café-théâtre proposait des pièces de théâtre, du one-man-show, des concerts de durée limitée. Les salles, généralement de faible superficie et n’ayant pas la capacité d’accueillir plus d’une cinquantaine de personnes, se caractérisaient justement par ce cadre propice à une certaine intimité avec le public. Aujourd’hui, le café-théâtre est genre à part entière axé sur le rire, le divertissement et une certaine légèreté dans les sujets. En constante évolution, il a acquis ses lettres de noblesse grâce à des créations originales et des artistes talentueux.

Le Mariage nuit gravement à la santé - afficheApparu en 1966 à Paris, le premier café-théâtre nommé Le Royal, créé par Bernard Da Costa, ne connaît qu’une courte vie (3 mois seulement) mais marque le début d’un essor fulgurant du genre où les artistes, plus libres, peuvent s’exprimer sans tabous. Par la suite, les cafés-théâtres fleurissent à Paris sous l’impulsion d’une bande de copains (Coluche, Miou-Miou, Patrick Dewaere…) qui contribueront à leur développement en se produisant sur des scènes devenues célèbres et toujours présentes à Paris : le Café de la Gare, le Splendid, les Blancs-Manteaux , le Point-Virgule, le Temple

De nombreux comédiens, aujourd’hui réputés, sont issus du café-théâtre. Citons la fine équipe du Splendid : Josiane Balasko, Michel Blanc, Marie-Anne Chazel, Christian Clavier, Gérard Jugnot, Thierry Lhermitte… mais également Gérard Depardieu, Jacques Higelin, Élisabeth Huppert ou encore Sylvie Joly qui se sont illustrés dans des pièces mémorables, encore sources d’inspiration aujourd’hui. Qui ne connaît pas Amours, coquillages et crustacés (qui donneront Les Bronzés) ou Le Père Noël est une ordure ?

Ma soeur est un boulet - afficheEn perpétuel renouvellement, le genre du café-théâtre est toujours d’actualité sur les scènes parisiennes avec des pièces phares telles que Le Mariage nuit gravement à la santé, La Guerre des sexes, J’aime beaucoup ce que vous faites, Ma soeur est un boulet, Couscous aux lardons… Sans oublier les succès d’Alil Vardar : Le Clan des divorcées et plus récemment 10 ans de mariage. Parmi les triomphes du genre, la pièce Les Colocs, créée en 2003 par Jean Heredia et Robert Punzano, détient le records avec plus de 2000 représentations en 2013.

Si ces réussites du genre entretiennent une certaine tradition dans la forme même des spectacles, l’avenir du café-théâtre est entre les mains de jeunes auteurs et metteurs en scène de talent, enfants d’artistes des années Splendid : Sébastien Azzopardi, Sacha Danino, Clément Michel, Arthur Jugnot, David Roussel… Ils comptent déjà bon nombre de petits trésors du rire comme Le Tour du monde en 80 jours, Dernier coup de ciseaux, Une semaine pas plus… Des pièces originales où l’influence du café-théâtre se mêle à une dynamique anglo-saxonne. Le genre a encore de belles années devant lui.

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS