Skip to content

Une semaine pas plus : Arthur Jugnot et David Roussel en colocation au Théâtre Fontaine

Parce qu’on ne change pas une équipe qui gagne, le Théâtre Fontaine a mis sa deuxième partie de saison entre les mains des deux metteurs en scène Arthur Jugnot et David Roussel. Après la comédie très british de cet automne, Des pieds et des mains, ils reprennent le succès de Clément Michel, Une semaine pas plus, vaudeville bien ficelé où la colocation est une arme de destruction massive.

J’ai fait un rêve…

Paul rêve de camions. De gros camions. Rutilants, rugissants, roulant à toute allure vers une cible bien définie. Paul cauchemarde. Chaque nuit, sa petite amie Sophie se fait percuter, démembrer, écrabouiller par ces monstres du bitume. Et chaque matin, un sentiment d’horreur encore plus profond le saisit : elle est à ses côtés, bien vivante ! Vous l’aurez compris, Paul ne supporte plus Sophie. Il faut rompre. Mais voilà, le jeune homme est lâche. Il met alors au point une stratégie tortueuse : faire venir son ami Martin chez lui pour quelques jours afin que le ménage à trois fasse exploser son couple. Pourtant, le copain de toujours a beau être dévoué, il n’a pas du tout envie de vivre en collectivité. Paul l’entraîne de force dans l’engrenage en persuadant Sophie de la mort de la mère de Martin, écrasée… par un camion. Attendrie, elle insiste pour que « l’endeuillé » console son chagrin chez eux. Ce sera « une semaine, pas plus » !

Une semaine pas plus

Finalement, Martin (Arthur Jugnot) se sent plutôt bien chez Paul (David Roussel) et Sophie (Louise Danel).

Des comédiens en pleine forme

David Roussel est Paul. Arthur Jugnot est Martin. Camarades sur scène comme dans la vie, ils imprègnent la pièce de leur belle complicité et donnent corps à cette comédie riche en quiproquos et retournements de situation. Sophie, jouée en alternance par Rachel Arditi et Louise Danel, passe haut la main tous les pièges posés par Paul. Conciliante et sympathique, elle souligne le caractère manipulateur de son perfide conjoint prêt à tout pour redevenir célibataire, jusqu’à dénaturer ce pauvre Martin, bonne pâte et facile à vivre, un peu trop d’ailleurs… Ce qui lui vaudra un cours musclé sur « comment se comporter quand on est un vrai mec, en deuil et au bord de la dépression ». Arthur Jugnot passe du statut de petit gars bien élevé à celui de brute aux manières d’ado attardé avec un talent comique remarquable. Regard de chien battu ou rébellion fantasque, la chemise du type bien lui sied autant qu’un tee-shirt sale aux couleurs hard rock. Face à un David Roussel couard et calculateur à souhaits, il explose, en fait des tonnes et dévoile un instinct clownesque redoutable. Chapeau l’artiste.

 

>> Découvrez Arthur Jugnot et David Roussel dans Une semaine pas plus sur Ticketac.com

Une semaine pas plus - affiche

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS