Skip to content

Bash au Théâtre des Mathurins : la fascination de la violence

Depuis le 29 avril dernier, la pièce choc de Neil LaBute, Bash, a déménagé au Théâtre des Mathurins après un joli succès critique au Théâtre 14. Sur scène, Benoit Solès et Selena Hernandez (qui vient tout juste de succéder à Sarah Biasini), démontrent en trois parties combien il est facile de succomber à la pulsion du meurtre, quelle qu’en soit la motivation : lâcheté, vengeance, morale…

 
Lumière. Seul, assis sur une chaise, il se raconte. Cadre moyen sans reproches. Bon employé. Mari sérieux au confort matériel mérité. Une ombre pourtant : la mort de sa fille à 5 mois. Dramatique accident ou dommage collatéral d’un plus vaste engrenage mû par la peur et l’égoïsme ?

*

Noir. Elle le remplace sur la scène nue. Son visage semble plus torturé. Elle aussi a des secrets. Une passion amoureuse à 13 ans. Le brouillard de la transgression. Un enfant. L’abandon. Une vengeance ? Elle commettra l’irréparable.

*

Chapitre final. Ils sont jeunes, insouciants, et partent un week-end à New-York pour fêter leur diplôme. Une robe en taffetas pour elle, un smoking de location trop grand pour lui. Le Plaza accueille leurs frasques d’étudiants. La nuit sera exaltante, enivrante et assassine…

*

Bash est un puzzle qui s’articule autour d’axes psychologiques complexes et effroyablement humains. Chacun de ces personnages semble pris dans une multitude de traumatismes et de contradictions prenant leurs sources dans l’environnement social. Que seriez-vous prêt à faire pour garder votre travail ? Quelles conséquences peuvent avoir la trahison amoureuse ? Peut-on justifier tous ses actes avec des préceptes religieux ? Enfin, peut-on parler de circonstances atténuantes lorsqu’il s’agit de meurtre ? Parce que tous ont une explication raisonnée à leur geste ! Les notions de bien et de mal sont mises à rude épreuve dans ce texte brillant qui dévoile mot après mot les motivations intimes du passage à la violence. La confusion, renforcée par le réalisme des situations, s’immisce et appelle une foule de questions difficilement solubles sans remédier à la morale… Benoit Solès est aussi fascinant qu’angoissant, capable de transiter de l’émotion pure à l’indifférence totale. Selena Hernandez, quant à elle, est d’une vérité douloureuse. Les troubles les plus infimes s’écrivent sur son visage. Impossible de ne pas reconnaître le talent de ces comédiens hors pair qui chaque soir se soumettent à des montagnes russes émotionnelles tout en touchant aux tréfonds de l’âme humaine. Un voyage captivant qui vous hantera longtemps.

 

>> Réservez vos places pour Bash sur Ticketac.com

Bash - affiche

 

 

 

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS