Skip to content

A gauche en sortant de l’ascenseur, une comédie explosive !

Depuis le 17 juin, le Théâtre Saint-Georges vibre chaque soir sous les applaudissements qui ovationnent Stéphane Plaza et sa troupe dans A gauche en sortant de l’ascenseur. Mise en scène par Arthur Jugnot, cette comédie riche en rebondissements s’annonce déjà comme le succès théâtral de l’été 2014 à Paris. (Photo Lot)

 
« A gauche, en sortant de l’ascenseur ! » C’est un peu ce que n’importe quel citadin installé dans un appartement pourrait indiquer à un potentiel visiteur. Mais après avoir vu la pièce du même nom, nombreux seront ceux à garder jalousement la précieuse situation de leur logis…

A gauche en sortant de l'ascenseur -  afficheYan (Stéphane Plaza), artiste peintre en vogue, est sur un petit nuage. Dans quelques minutes, Florence Arnaud (Laëtitia Laburthe), splendide mondaine qu’il a séduite lors d’une soirée, va franchir la porte de son appartement. Elle est mariée, il est déjà amoureux. Alors que sa femme de ménage et amie (Flavie Péan), achève la mise en ordre de sa « garçonnière », la sonnerie retentit ! D’un pas ailé, Yan court ouvrir la porte d’entrée et tombe nez à nez avec Eva (Caroline Burgues), sa voisine… En petite tenue, la jolie blonde tient à la main le book oublié de son mari, Boris (Boris Soulages) ; book qu’elle a tenté de lui restituer avant que l’ascenseur ne se referme et qu’un courant d’air ne claque sa porte. La créature est désemparée mais compromettante. Yan finit par accepter de lui venir en aide. A cet instant, sa vie devient un enfer !

La pièce aurait tout aussi bien pu reprendre le titre d’une pièce d’Alfred de Musset : Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée. Ouverte pour chasser les intrus, fermée pour préserver sa tranquillité. Mais tout de même entrebaillée pour laisser pénétrer une potentielle maîtresse… Dans un incessant ballet de portes claquées, de visites incongrues, d’échanges d’attachés-cases et de pistolets qui ne font jamais feu au moment souhaité, Stéphane Plaza n’a aucun mal a gommer son image d’agent immobilier et fait preuve d’une énergie et d’un enthousiasme sans faille. Ses camarades le suivent avec aisance dans ce rodéo théâtral où le comique de situation fait mouche. Arthur Jugnot a modernisé avec habileté un texte initialement très années 80 tout en y ajoutant sa patte avec un soupçon de démesure. Mention spéciale à la dernière scène : rêve, mirage ou fantasme, ce final d’une tonalité chimérique est une merveille. Mais nous ne vous en dirons pas plus…

 

 

>> Réservez vos places pour A gauche en sortant de l’ascenseur sur Ticketac.com

 

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS