Skip to content

Les Nombrils : une troupe irrésistible au Théâtre Michel

Après l’explosif Un pavé dans la cour en 2013, Didier Caron met en scène sa nouvelle pièce au Théâtre Michel : Les Nombrils, comédie facétieuse où quatre comédiens et leur metteur en scène sillonnent la France au cours d’une tournée censée aboutir à Avignon. Pièce incompréhensible, artistes présomptueux, hôtels miteux… Un concentré d’autodérision délicieusement corrosif !

 

Qui n’a jamais rêvé de partir sur les routes, accompagné d’une famille de coeur pour colporter joie et bonne humeur dans les villes les plus reculées ? Une vie de bohème guidée par la beauté de l’art… A cet instant, le bruit d’un disque rayé surgit dans notre esprit. Les Nombrils ont frappé ! Courageux, inconscient ou blagueur (…), Didier Caron lève enfin le voile sur le quotidien d’une troupe en tournée et les fantasmes volent en éclats !

Les Nombrils événementA l’Hôtel de la gare, dans une bourgade perdue, La Compagnie de la Lune Pleureuse fait escale le temps d’une nuit. Stanislas est le metteur en scène, sorte de chef de famille à la fois paternaliste et perché. Son créneau, c’est le théâtre militant. Décor minimal, lumières minimales, divertissement minimal. Tout est dans la force d’un texte… plus que nébuleux. Pour jouer Les Plaines de Kiev, pièce d’un auteur russe « pointu »,  quatre comédiens : une star vieillissante dont le dernier succès est un spot publicitaire pour de la farine, un « jeune » premier prometteur et zélé (…trop peut-être ?), un vieux briscard hanté par les souvenirs d’une carrière médiocre et une fraîche idiote overbookée entre ses performances de stripteaseuse en maison de retraite et ses doublages de films porno. On leur a promis le Graal ! Avignon ! Mais pour le moment, ils ont une tournée à boucler !  Auberges minables, salles vides, difficultés de communication avec les autochtones, caprices… Le voyage risque d’être mouvementé.

De l’Alsace à Bruxelles en faisant un détour par la Corse, la fine équipe consolide son jeu et apprivoise le provincial, non sans quelques accrochages. Les répliques sont acérées, le ton souvent moqueur et les situations de plus en plus loufoques. On rit de ces pauvres artistes parisiens égarés, âmes sensibles, et surtout susceptibles, qui tentent désespérément de se faire aimer du public. Evidemment le metteur en scène – en conflit avec la production – est dans la mouise, l’étoile has been s’agrippe à ses privilèges, le bellâtre ne trouve pas ses camarades à la hauteur de son jeu, l’ancien radote et la cruche énerve. C’est drôle, enlevé et bien écrit. Une jolie réjouissance qui fera vibrer votre été.

 

>> Réservez vos places pour Les Nombrils sur Ticketac.com

Les Nombrils - affiche

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS