Skip to content

Début de fin de soirée, 5 bonnes raisons de se laisser tenter

Pour assurer sa programmation estivale, la Comédie Caumartin a parié sur le genre indémodable « de l’humour et des potes » avec la pièce de Clément Michel, Début de fin de soirée. Un choix judicieux puisque le spectacle se profile d’ores et déjà comme l’un des plus jolies succès des vacances à Paris. Vous hésitez à prendre vos places ? Voici 5 bonnes raisons de vous laisser tenter.

1) Une comédie fraîche et réjouissante qui fleure bon l’été

Début de fin de soirée est un cocktail efficace : juste sucré, bien coloré, un poil enivrant et follement rafraîchissant ! Les ingrédients ? La fête, les potes, le rire et la drague ! On aime sa légèreté, son goût des réjouissances à la parisienne, ses personnages « encombrants », son décor « fin de soirée », le costume écrevisse du copain qui s’incruste (la bande-annonce le présente en cafard, ce n’est pas mal non plus). La pièce idéale pour amorcer une belle et longue nuit d’été.

Début de fin de soirée - affiche2) Une histoire qui pourrait être la vôtre

Le pote collant qui se sent bien chez vous et vous l’exprime en partant systématiquement le dernier à chacune de vos soirée, vous connaissez ? Cette comédie tient de l’effet boomerang. Félix et Mathilde espèrent bien réussir à se débarrasser d’Eric au plus vite cette fois-ci. Mais le jeune homme a une réputation qu’il ne faudrait pas faire mentir. De potins en potins, de fonds de bouteilles en fonds de bouteilles, le facheux entraîne ses hôtes dans une nuit sans fin bardée d’imprévus. Et dire qu’il va falloir se lever à 7h !

3) Clément Michel, un auteur qui a fait ses preuves

On lui doit au théâtre Le Carton (2001), Le Grand Bain (2009) et Une semaine pas plus (saison 2011-2012 avec Sébastien Castro, 2014 avec Arthur Jugnot et David Roussel). Mais aussi La Stratégie de la poussette au cinéma avec Raphaël Personnaz et Charlotte Le Bon (2013). Auteur et comédien, Clément Michel excelle dans la comédie « urbaine » peuplée de jeunes adultes qui n’en ont pas tout à fait fini avec leur adolescence. On l’a vu également cet hiver dans le rôle de Denis au Théâtre Fontaine dans Des pieds et des mains.

 4) Des comédiens qui dépotent

Du peps, ils en ont à revendre et l’avaient déjà prouvé la saison dernière au Théâtre Daunou, puisque trois des comédiens jouaient dans Grosse Chaleur. Anthony Marty – qui interprête Eric – a d’ailleurs signé la mise en scène des deux pièces. Il est accompagné d’Arnaud Cermolacce et Virginie Molina – qui nous étaient donc familiers – et de Laure Mathurier et Badr Iffach qui complêtent gaiement la troupe avec un belle vigueur et un sens de la dérision certain.

5) La nostalgie d’une ambiance très années 90

Un petit groupe de jeunes adultes, filles et garçons intercalés, en jeans et paires de Converse sur un canapé, ça ne vous rappelle rien ? L’ambiance Friends bien présente sur l’affiche reflète la mise en situation très années 90 de la pièce. Soirée déguisée, mélanges alcool/soda, déco industrielle et vieux fauteuil en cuir. On y est !

>> Réservez vos places pour Début de fin de soirée sur Ticketac.com

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS