Skip to content

Le grand retour du Dîner de cons au théâtre

Avec ses répliques cultes et un François Pignon inoubliable, Le Dîner de cons a su gravir les marches de la renommée, aussi bien théâtrale que cinématographique. Après le  couple emblématique Villeret/Lhermitte, Patrick Haudecoeur et José Paul s’apprêtent à reprendre la comédie de Francis Veber au Théâtre de la Michodière, dans une mise en scène d’Agnès Boury.

Joué pour la première fois en 1993, Le Dîner de Cons doit beaucoup à son interprête Jacques Villeret qui endossait le rôle de François Pignon avec force bêtise et non moins de panache ; ce fameux François Pignon, employé du ministère des Finances et concepteur de maquettes en allumettes à ses heures perdues, un « con » mémorable capable de faire basculer la vie d’un grand éditeur parisien, Pierre Brochant, en quelques minutes.

Avec plus de six cents représentations au compteur, Jacques Villeret, qui a pu explorer les moindres facettes de la sotte bonhommie de son personnage et les restituer sur grand écran (sortie du film en 1998), n’avait pas volé son César pour meilleur acteur en 1999. Si à l’époque, Francis Veber, l’auteur, avait fait confiance à Pierre Mondy pour la mise en scène de la pièce au Théâtre des Variétés, la production 2014 à la Michodière sera orchestrée par Agnès Boury à qui l’on doit récemment la mise en scène du très réussi Fils du comique de Pierre Palmade (spectacle qui sera à nouveau à l’affiche à la rentrée au Théâtre Saint-Georges). Dans les rôles phares sont annoncés Patrick Haudecoeur (auteur de Thé à la menthe ou t’es citron ?) et José Paul, vu dans L’Illusion conjugale d’Eric Assous ou A flanc de colline en 2013. Ce n’est pas sans impatience que nous attendrons cette nouvelle adaptation sur les planches, dont la première est prévue le 31 août.

>> Réservez vos place pour Le Diner de cons sur Ticketac.com

Le Dîner de cons - affiche

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS