Skip to content

La Guerre des sexes, la comédie no limit

Avec ses quelques 1300 spectacles, le Festival Off d’Avignon 2014 brille par son caractère hétéroclite. D’un théâtre à l’autre, les textes classiques rivalisent avec des pièces contemporaines, farces et comédies brandissent leur bonne humeur au nez des drames les plus poignants, humoristes solitaires et troupes surpeuplées se concurrencent sur des horaires similaires… Plus étonnant encore, le public peut assister aussi bien à des shows de cabarets, qu’à des concerts éphémères ou des productions de café-théâtre ! C’est ainsi que l’équipe de Ticketac.com, curieuse de tout, frileuse de rien, a pris place dans une salle du Palace – mastodonte de la programmation avec 37 représentations quotidiennes de 10h à minuit – pour assister à La Guerre des sexes, comédie à la durée de vie extravagante et au succès effronté : plus de 10 ans à l’affiche et près de 100 000 spectacteurs. Récit d’une confrontation avec un phénomène du divertissement.

 
La Guerre des sexes - AvignonQuelques mots sur le contexte. Après cinq années de vie commune, le couple formé par Anne-Laure et Pierre a du plomb dans l’aile. Les charmes des débuts ont laissé place à la banalité du quotidien. Brillante avocate, l’overbookée Anne-Laure supporte de moins en moins le laisser-aller de son écrivain de fiancé qui partage son large temps libre entre poker et sites pornos. Sur les conseils d’une amie sexologue, elle décide de reprendre les choses en main. Un shopping à Pigalle s’impose !

Sur scène, on retrouve le charismatique Jo Brami et la séduisante Leslie Bévillard. Dans un décor minimaliste, dont le canapé est l’élément central, mieux vaut avoir de la présence. Et en cas d’interactivité appuyée avec le public, mieux vaut attirer la sympathie. La pièce s’ouvre sur une dispute où les coups bas pleuvent et les insultes rivalisent d’inventivité. Peine perdue pour les spectacteurs timides qui ont l’habitude de s’enfoncer dans leur fauteuil, les personnages prennent à témoin leur auditoire tout en commentant leur propre jeu. La démarche, originale et surprenante, maintient l’attention en éveil et souligne les cocasseries du texte. Pascal Grégoire s’y est donné à fond ! L’audace des jeux de mots qu’on n’osera jamais ressortir n’a d’égal que la créativité des expressions pour le moins croustillantes. C’est trash et déconcertant. On en ressort aussi ébouriffé qu’après une attraction à sensations fortes. Un petit conseil : oreilles sensibles, s’abstenir.

 
>> Réservez vos places pour La Guerre des sexes au Palace à Avignon et aux Feux de la Rampe à Paris sur Ticketac.com.

 

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS