Skip to content

Elsa Zylberstein dans Splendour au Théâtre de Paris

Seule en scène dans une pièce vibrante et déchirante écrite par Géraldine Maillet et dirigée par Catherine Schaub, Elsa Zylberstein interprète l’icône dramatique Natalie Wood, juste après sa mort. Un moment de théâtre intense, sur la musique originale de Benjamin Biolay, actuellement à la Salle Réjane du Théâtre de Paris.

Elsa Zylberstein, retour sur la carrière d’une actrice passionnée

Jeune fille timide, Elsa est inscrite en cours de danse par sa mère et révèle très vite des dons. Elle se voit proposer une place à l’Opéra de Paris, mais c’est vers le théâtre qu’elle s’orientera. Tandis qu’elle poursuit ses études, elle assiste aux cours Florent sous le patronage de Francis Huster.

Alors qu’elle n’est censée être qu’une figurante dans le film de Maurice Pialat Van Gogh, elle se fait remarquer par le réalisateur à la faveur du désistement d’une des actrices. Coup de chance s’il en est, puisqu’il lui donnera l’occasion de démontrer la qualité de son jeu – tout en nuance – qui lui vaudra le Prix Michel Simon, et une nomination au César du meilleur espoir féminin.

elsa zylbersteinC’est le début d’une grande carrière, tant au cinéma qu’au théâtre : elle obtiendra deux autres nominations aux Césars, avant de finalement décrocher celui de la Meilleure actrice pour son rôle dans Il y a longtemps que je t’aime de Philippe Claudel.

Si elle s’est faite plus discrète avec le temps, malgré l’attention apportée par les médias à ses histoires de cœur, son charme et son élégance n’ont jamais cessé de séduire son public : grande passionnée incarnant avec force tous ses rôles, on décèle en elle, la digne héritière d’Isabelle Adjani.

Elsa fait partie de ces actrices sachant jouer de leurs contradictions pour étendre  leur registre : l’amplitude de son jeu lui permet de briller tant dans les fresques historiques comme Farinelli, que dans les comédies (J’invente rien), les films intimistes (Le temps retrouvé, Pourquoi (pas) le Brésil), ou encore les films dramatiques et artistiques (Lautrec, Modigliani), dans les rôles de femmes tourmentées qui lui sont chers.

 

Le Splendour : le destin de Nathalie Wood

Le destin de Nathalie Wood fut à la fois grandiose et tragique : poussée par sa mère à devenir actrice, elle grandit en tant que femme-objet incapable de maîtriser son destin. Arrivée à la gloire après son premier grand rôle aux côtés de James Dean dans La Fureur de vivre, elle tente de retrouver le contrôle de son existence dans son rapport aux hommes : amante splendour affichede noms célèbres mais également nymphomane, toujours en quête d’existence à travers le regard d’autrui, elle sera constamment trahie : par sa mère, par les hommes, par la vie contre laquelle elle tentera en permanence de prendre sa revanche en expérimentant tous les extrêmes (drogues, alcool, sexe…) jusqu’à cette nuit fatidique où elle se noie, alors que Robert Wagner, son mari, et Christopher Walken, boivent sur le pont du bateau qui donnera son nom à cette pièce : le Splendour.

C’est à ce moment qu’Elsa Zylberstein prend possession du personnage : la défunte Nathalie, comme par un ultime soubresaut de conscience, voit se dérouler devant ses yeux les moments cruciaux, joies et douleurs, de son existence.

 

La combinaison idéale d’une passion et d’un destin

Actrice incarnant une autre actrice, Elsa Zylberstein, toujours passionnée, se donne encore une fois à fond, et s’illustre dans ce rôle dramatique auquel elle prête son corps, ses yeux, et presque son âme : elle parvient, dans une performance grandiose, à nous plonger dans « les eaux profondes » de l’esprit et le destin tragique de l’actrice culte de West Side Story et Splendour in the grass.

C’est ainsi dans un rôle taillé pour elle – et que Géraldine Maillet n’aurait imaginé interprété par aucune autre – que l’on retrouve l’actrice sur les planches. Pièce forte en émotions, Splendour vous hantera pour longtemps.

 

>> Réservez vos places pour Splendour sur Ticketac.com

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS