Skip to content

Aucassin et Nicolette : voyage au temps des troubadours

Le Théâtre de Poche Montparnasse propose une parenthèse médiévale avec Aucassin et Nicolette, chantefable du XIIIe siècle interprétée par les excellents Stéphanie Gagneux et Brock. Hommage aux troubadours, cette pièce restitue la joie et l’éclectisme du récit au Moyen Age dans une mise en scène chaleureuse orchestrée par Stéphanie Tesson. (Photo : Alejandro Guerrero)

Les tout jeunes Aucassin et Nicolette sont amoureux. Lui est fils de seigneur, elle est une captive sarrasine. Leur union est impossible alors, comme tout couple romanesque lié par une passion dévorante et contrariée, ils fuient pères et mères pour donner libre cours à leur amour. Mais ils sont loin de se douter du périple qui les attend : longues chevauchées, bêtes féroces, tempêtes en mer, batailles, rapts… Ils leur faudra des années pour se retrouver et vivre enfin en paix.

DAucassin et Nicolette - afficheeux comédiens se glissent dans les tuniques colorées de troubadours pour nous raconter cette folle histoire aux mille personnages et autant de rebondissements. Sous le feux d’une lumière hospitalière, ils sortent d’une malle des instruments plus ou moins familiers qui viennent ponctuer la narration de leurs sonorités. Ça tinte, ça sonne, ça grince et ça bat la mesure au rythme des aventures de nos jouvenceaux. Juchés sur des escabeaux qu’ils enfourchent tels de fiers canassons, les deux bardes franchissent noires forêts et mers déchaînées des terres de Provence aux luxuriances de Carthage, en passant par des contrées inconnues aux moeurs extravagantes. A maintes reprises l’épopée se fait fantaisie quand, entre deux combats, l’humour point. Ici c’est une guerre à coups de fromages frais et de pommes pourries, là un berger grimaçant d’une intelligence commerciale hors pair.

L’interprétation est taquine : tout sourire Stéphanie Gagneux s’amuse à figer Aucassin dans des postures angulaires comme inspirées de la tapisserie de Bayeux, pendant que Brock se lance dans une irrésistible symphonie de bêlements et de clochettes lorsque nos héros croisent un troupeau de brebis. La mise en scène de Stéphanie Tesson, foisonnante et généreuse, renoue avec la tradition du divertissement poétique, quand le récit et le chant convoquaient l’émerveillement, la compassion et le rire. Joyeuse, espiègle, la fable d’Aucassin et Nicolette est une invitation au jeu et à la légèreté du conte, un retour aux sources du théâtre et à son pouvoir d’évasion, un hymne aux ancêtres ménestrels, forgerons d’un art qui n’a jamais été aussi vivant.

>> Réserver vos places pour Aucassin et Nicolette sur Ticketac.com

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS