Skip to content

Philippe Caubère danse à l’Athénée

Voilà plus de trois décennies qu’il porte ce texte, qu’il le fait voyager de salles en festivals et évoluer au fil de sa maturité. Philippe Caubère joue actuellement La Danse du diable à l’Athénée, 10 ans après sa dernière reprise au Théâtre du Rond-Point. Seul en scène, il incarne toutes ces figures qui ont marqué sa jeunesse de comédien – mère, soeur, prof de théâtre… – avec humour et poésie.

Une chaise, un petit banc et un châle à carreaux. Rien d’autre. Totalement nue, la scène est déjà une invitation à l’imaginaire. Sur ce plancher immense, la promesse de tous les possibles. Philippe Caubère sera notre capitaine, un illusionniste fou qui incarnera tous les personnages de son épopée « comique et fantastique ».

Philippe Caubère

Philippe Caubère dans La Danse du diable

Le voyage commence à l’enfance. Ferdinand Faure écoute sa mère lui raconter l’aventure de la baleine Moby Dick. Dehors, la petite Isabelle joue dans les arbres alors que la nuit vient de tomber. Et dans le décor, Mme Colomer, la bonne. L’atmosphère pourrait être à l’apaisement, bien au contraire !  L’enfant n’arrête pas de toucher ses « croûtes » et la soeur poursuit ses cascades dans le noir malgré les hurlements de sa mère qui, de surcroit, a bien du mal à détricotter les associations fantaisistes de son fils entre le monstre d’Herman Melville et la petite sirène. La vie domestique est en ébullition et ce ne sont là que les prémices. A 14 ans, Ferdinand ramène des sujets de dissertation invraisemblables – qu’est-ce que le bonheur ? – alors que Charles de Gaulle passe à la télévision, la visite inopinée de l’ami Robert donne lieu au récit rocambolesque d’un concert de Johnny Hallyday au parc Borély, puis Malraux, Sartre et le Général se donnent rendez-vous dans la chambre de l’adolescent rêveur pour une incroyable surprise partie… Plus tard les cours de théâtre, la prof illuminée, le régisseur intrépide, les premières émotions sur les planches.

Dense, vivant, le spectacle de Philippe Caubère est une expédition au coeur de la nostalgie des jeunes années d’un comédien en formation. Les situations fourmillent de portraits truculents qui s’enchaînent dans la fluidité du songe. L’interprétation est magistrale, comment pourrait-il en être autrement ?! Le rire, l’émotion, la profondeur, la performance… C’est une oeuvre abondante et totale que nous offre l’artiste sur cette scène au vide inspirant. Né de séances d’improvisations fleuves, le texte a quelque chose d’organique voué à une lente maturation, en harmonie avec l’évolution de son créateur. Gageons que dans 10 ans, il sera temps d’en explorer les nouvelles saveurs. Le rendez-vous est pris.

 


>> Retrouvez la programmation de l’Athénée Théâtre Louis-Jouvet sur Ticketac.com

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS