Skip to content

Des souris et des hommes, Steinbeck au Palais-Royal

Le Théâtre du Palais-Royal laisse en suspens ses dorures pour célébrer l’univers franc et viril de John Steinbeck avec la reprise de la pièce Des souris et des hommes. Plus de 12 ans après sa création au Théâtre 13, l’adaptation de Jean-Philippe Evariste et Philippe Ivancic n’a rien perdu de sa force dramatique et pose plus que jamais un regard tendre et lucide sur le genre humain.

 
Années 30 aux Etats-Unis, la Grande Dépression envoie des milliers de travailleurs sur les routes du pays. George et Lennie en sont. Ouvriers vagabonds qui errent au gré des semailles et des récoltes, transformant les gouttes de sueur en maigre pécule. Ils se plaisent à rêver qu’un jour, ils cultiveront leurs propres terres… Des souris et des hommes tient en ce couple improbable où le rusé, George, protège le simplet, Lennie. Liés par Des souris et des hommes - afficheune profonde amitié, ces compagnons de labeur doivent composer avec les pulsions innocentes et dévastatrices de Lennie qui voue une passion à tout ce qui est joli et doux, mais est incapable de maîtriser sa poigne de fer. Leur arrivée dans une nouvelle ferme s’annonce d’ores et déjà délicate : vie en communauté, provocations et menaces, bagarres… Et puis il y a cette jeune femme qui rôde parmi les hommes, belle, aguichante, dangereuse… Lennie commettra l’irréparable. Ce sera la fois de plus, la fois de trop.

Jean-Philippe Evariste (George) et Philippe Ivancic (Lennie) signent une mise en scène sobre et épurée. Quelques caisses de bois et une palissade fragmentée pour uniques décors. Seul l’humain doit émerger. Sur scène, ils ne sont pas moins de dix comédiens. Une profusion qui surprend alors que l’économie de l’acteur est actuellement au plus bas dans la plupart des productions théâtrales. Chaque rôle trouve la place d’exister et de s’épanouir dans cette fresque américaine saisissante. Steinbeck est un conteur qui sait doser l’émotion tout en empilant les strates de sens : discrimination, esclavage, machisme, mais aussi rêves de liberté, amitié, protection… Des souris et des hommes nous rappelle que l’âme est autant faite de noirceurs que de clartés.

Des souris et des hommes - portrait

Jean-Philippe Evariste (George) et Philippe Ivancic (Lennie)

>> Réservez vos places pour Des souris et des hommes sur Ticketac.com.

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS