Skip to content

Le Mensonge : Pierre Arditi retrouve Florian Zeller au Théâtre Edouard VII

C’est avec un enthousiasme communicatif que Bernard Murat nous a présenté hier soir, lundi 24 mars 2015, le prochain succès du Théâtre Edouard VII : Le Mensonge, nouvelle comédie de Florian Zeller avec Pierre Arditi, cinq ans après leur collaboration dans La Vérité (2011). Toute l’équipe répondait à l’appel pour cette mise en bouche aussi réjouissante que mystérieuse.

« Une pièce drôle, sensible, ambitieuse, pleine de moments forts ! » Bernard Murat, directeur du Théâtre Edouard VII ne tarit pas d’éloges sur son nouveau projet, Le Mensonge, qu’il coproduit et met en scène. Soucieux de ne rien révéler de la pièce tout en attisant la curiosité, il résume la dramaturgie de Florian Zeller* avec une pointe d’humour : « Ce qu’on n’attend pas arrive et ce qui arrive, on ne l’attend pas ! » Les éclats de rire de ses camarades sonnent comme une approbation. Après quelques dates de rodage en décembre dernier au Théâtre du Jeu de Paume à Aix-en-Provence, la troupe va pouvoir poser ses valises pour plusieurs semaines sur la scène de l’un des plus prestigieux théâtres de Paris. Le Mensonge est de ces pièces qui ont besoin de s’installer pour s’épanouir.

Les comédiens sont tous là ce soir : Evelyne Bouix, Josiane Stoléru, Jean-Michel Dupuis et bien sûr Pierre Arditi, cabotin ravageur qui ne dit jamais non à un bon mot. La salle est sous le charme. Adossé à la scène, le bel histrion évoque en toute simplicité son plaisir à jouer dans cette « comédie ciselée », déclinaison heureuse de La Vérité et au texte tout aussi abouti, « matériau délicieux » qu’il se plaît à partager avec le public. Florian Zeller,  « fleuron » de la nouvelle génération de dramaturges (est-il nécessaire de revenir sur ses précédents triomphes ?), essuie une salve de compliments avant de pouvoir à son tour prendre la parole.

 

Pierre Arditi et Fanny Cottençon dans "La Vérité" (Photo : Pascal Victo/ArtComArt - Le Figaro)

Pierre Arditi et Fanny Cottençon dans « La Vérité » (Photo : Pascal Victo/ArtComArt – Le Figaro)

Au-delà du seul bonheur d’écrire à nouveau une pièce pour Pierre Arditi – cette fois en compagnie de sa femme Evelyne Bouix -, l’auteur souhaitait insister sur l’oscillation perpétuelle entre le faux et le vrai, la fiction et la réalité, qui construit son récit et pousse le spectateur à avancer à tâtons dans le labyrinthe du mensonge. Autant dire qu’à ce stade de la présentation, le halo de mystère autour de la trame narrative ne montrait pas le moindre signe de dissipation ! Nous comptions sur les comédiens pour éclaircir la situation, mais si Evelyne Bouix a affirmé sa joie d’incarner Alice, un personnage moderne et complexe qu’elle attendait, si Jean-Michel Dupuis s’est étendu sur la subtilité et l’intelligence d’un texte « délicieusement amoral » et si Josiane Stoléru a claironné sa confiance en ses partenaires, pas un n’a divulgué le moindre rebondissement de l’histoire !

Bernard Murat a finalement conclu la rencontre en nous promettant une pièce entre Marivaux et Pinter qui fera jazzer plus d’un couple sur le chemin du retour… Seul moyen de découvrir la vérité ? Aller voir Le Mensonge dont la première est annoncée pour le 4 septembre au Théâtre Edouard VII !

 

>> Réservez vos places dès à présent pour Le Mensonge sur Ticketac.com

Le Mensonge - affiche

 

* Florian Zeller, c’est aussi La Mère, La Père et Une heure de tranquillité.

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS