Skip to content

Partouze sentimentale, le spectacle girly trash de Constance

Constance invite chaque soir le public de la Comédie de Paris à une Partouze sentimentale, voyage délirant au tréfonds de ses émotions. Reine des paradoxes, elle donne vie à des entités aussi drôles que déconcertantes : dévotion libidineuse, tristesse bitchy, joie despotique… Même conseil que pour un bonbon acide : attention, ça pique !

 

Nimbée d’une lumière violette, Constance entre en scène sur le rythme frénétique d’un morceau de pop sucrée. La charmante blondinette, vêtue d’une robe courte – motifs petits cœurs -, se dandine énergiquement sous une pluie de bulles de savon tout en dessinant des volutes désordonnées avec son ruban fuschia à bout de bras. Mais le joli tableau dégénère. Le tempo prend de la vitesse, la demoiselle peine à garder la cadence et le public cafouille dans le battement de la mesure. L’introduction est explicite : l’univers de Constance, c’est Mon Petit Poney sous drogues de synthèse !

Constance - afficheVoix douce, gestuelle féminine, posture d’enfant sage, grands yeux naïfs, boucles blondes de l’innocence… On lui donnerait le bon Dieu sans confession… jusqu’à ce que les mots sortent de sa bouche ! Comment les nains font-ils pour cracher dans le lavabo après s’être lavé les dents ? Une femme fontaine peut-elle survivre plus longtemps dans le désert ?… Des questionnements étranges et déroutants qui, s’ils déclenchent le rire, n’échappent pas aux exclamations mi-choquées, mi-amusées des spectateurs. Constance aime l’oxymore et compte bien pousser le style à son paroxysme en nous ouvrant les portes de son cerveau.

A chaque étage, une émotion. Culpabilité, ambition, joie, patience, dévotion, amour… L’une après l’autre, elles déploient leur nature démentielle. Il faut bien l’avouer : le crâne de Constance a tout d’un asile psychiatrique. Tour à tour psychopathes, alcooliques et meurtriers, ses sentiments atteignent un niveau de dégénérescence insoupçonné. Le voyage se promet inoubliable et jubilatoire si vous laissez tomber les œillères et lâchez la bride de votre humour : « Les mots ne sont pas sales, ce sont les esprits qui sont mal tournés » (dixit la Passion). Pour les intrépides !

 

>> Réservez vos places pour Partouze sentimentale sur Ticketac.com

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS