Skip to content

Laura Mello, interview

Actuellement à l’affiche de la  9ème édition du Festival Mises en capsules qui se tient au Ciné 13, Laura Mello, d’un naturel et d’une spontanéité à toute épreuve, nous présente cet événement. Elle nous parle de l’une des créations originales dans laquelle elle joue, Duce, une pièce détonante et décalée. Elle nous confie également avec humour ses anecdotes et ses aspirations. Lumière sur une comédienne à l’avenir prometteur !

Ticketac : Le Porteur d’histoire d’Alexis Michalik a été présenté pour la première fois au Ciné 13 en 2011 dans le cadre du Festival Mises en capsules, pouvez-vous nous parler du concept original de cet événement ?

Laura Mello : Tout part d’une présélection. Quinze pièces sont choisies par le Festival Mises en capsules. Chaque soir, cinq pièces, d’une durée de 30 minutes, sont présentées. Il y a volontairement peu de décors, c’est assez brut. Le but est de donner une idée de ce que vaut le spectacle en très peu de temps. Cela permet ainsi aux directeurs de théâtre ou aux producteurs, de porter leur choix sur une pièce qu’ils ont particulièrement appréciée, et ensuite de la faire évoluer. C’est très intéressant pour nous, comédiens, puisque le Festival est un véritable lieu de rencontre et permet d’échanger avec d’autres professionnels du secteur. C’est très sympathique également pour le spectateur qui est libre de regarder les cinq pièces ou de choisir celles qui l’intéressent davantage et de faire une pause d’une pièce à l’autre, le temps de boire un café, de discuter et d’échanger !

 

Ticketac : Quelle a été votre motivation pour Duce, la pièce que vous présentez au Festival ? Pourquoi faut-il absolument s’y rendre ?

L.M. : C’est un ami avec qui je joue qui a écrit cette pièce. Il m’a contactée, j’ai lu le script et j’ai trouvé cela très drôle et original. Il s’agit d’une satyre sur la montée au pouvoir de Mussolini, dans un style très cabaret, avec de la danse et du chant. L’auteur de la pièce est parti de faits réels. Il parle du fascisme et fait même intervenir Hitler. Cela peut sembler choquant, mais c’est tourné en dérision, ce qui rend la pièce complètement décalée. On part d’une histoire terrible, et cela devient une pièce solaire, humoristique et rythmée. Les chorégraphies et les musiques sont elles aussi des créations originales. C’est un mélange de plein de choses, ce qui rend la pièce énergique et décalée !

Duce groupe

 

Ticketac : Comment choisissez-vous vos rôles ? Préférez-vous interpréter des rôles qui vous ressemblent ou à l’inverse des rôles éloignés de ce que vous êtes ?

L.M. : Les rôles qui me plaisent ne me ressemblent pas forcément. J’aime les extrêmes. Je peux apprécier me mettre dans la peau de personnages très sombres et violents, comme dans The Lazarus Man ou Shreds of rainbows, des courts-métrage dramatiques dans lesquels j’ai joué. Après, j’ai des rôles de prédilection, je vais adorer jouer le rôle d’une bourgeoise comique. J’aime aussi les pièces qui nécessitent de la technique, dans lesquelles il faut parler vite, avoir beaucoup d’énergie. Typiquement au cinéma, j’adore l’actrice Valérie Lemercier dans Les Visiteurs. Je me sentirais très à l’aise dans certains rôles qu’elle a interprétés.

 

Ticketac : Quel est le rôle qui vous fait rêver et que vous souhaiteriez jouer ?

L.M. : Au cinéma, j’adorerais jouer dans un film d’époque. J’aime beaucoup les costumes et j’adore l’idée de devoir faire des recherches sur le personnage pour s’en imprégner. J’aimerais également beaucoup me mettre dans la peau d’un personnage un peu androgyne ou bien jouer une tueuse un peu folle, à la Gone Girl ! Au théâtre, j’aime le classique. J’ai eu l’occasion de travailler des rôles forts pendant mes cours, comme Andromaque. J’aime l’idée que les gens s’amusent au théâtre et avoir la sensation de dépoussiérer la pièce pour la rendre plus accessible.

 

Ticketac : Votre parcours affiche de nombreuses années de danse, est-ce un atout pour vos rôles de comédie pure ?

L.M. : J’ai effectivement fait beaucoup de danse puisque de 10 à 20 ans, j’étais tout le temps sur scène. C’est un avantage dans la mesure où cela m’a appris à avoir une tenue naturelle, notamment pour ce qui est des rôles de théâtre classique. De façon générale, les chorégraphies s’apprennent plus rapidement, les mouvements viennent plus naturellement et cela me permet d’avoir une meilleure appréhension de l’espace. En revanche, c’est un handicap pour ce qui est du chant. En l’occurrence, pour chanter dans Duce, j’ai dû réapprendre à respirer et à me relâcher, cela n’a pas été évident.

 

Ticketac : Vous avez beaucoup d’humour, et vous avez d’ailleurs joué dans des courts métrages très amusantes, envisagez-vous d’exploiter davantage le terrain de l’humour, pourquoi pas un one-woman-show dans l’avenir ?

L.M. : Ce n’est pas exclu. Quand j’ai commencé ce métier, je me suis dit que j’avais envie de faire rire ! Faire un one-man-show, c’est donc une perspective à laquelle je pense, j’y réfléchis. Pour le moment, je souhaite persévérer sur le terrain comique, c’est un milieu que j’affectionne. Je vais véritablement m’amuser à travailler l’humour, que cela soit pour des rôles dans des pièces comiques ou des films populaires.

LM3

 

Ticketac : Avez-vous une anecdote de tournage ou bien de casting ?

L.M. : Le tournage de mon court métrage, Shreds of rainbows, m’a beaucoup marquée puisque c’est la première fois que j’ai tourné nue. Je suis arrivée au casting et j’ai constaté qu’à la fin du script, le personnage terminait nue. Il en était hors de question, mais j’ai eu un bon feeling avec la réalisatrice et j’ai finalement accepté. Le jour où je suis arrivée sur le tournage et qu’il a fallu tourner cette scène, je me suis retrouvée nue sur le lit. Lorsqu’on a fini de tourner, le perche-man, juste au-dessus de moi, m’a fait un clin d’œil en me criant « Bravo ! ». Cela a été assez gênant !

 

Ticketac : Avez-vous une comédie, un film culte ?

L.M. : J’ai deux films cultes. Je suis absolument fan de Dirty Dancing puisqu’il réunit Patrick Swayze, la danse et le chant ! J’ai également adoré Les Visiteurs. Je l’ai visionné des tas de fois et je ne m’en lasse pas. Je connais les répliques par cœur. J’adore imiter Valérie Lemercier et j’ai même été dormir au Château de Montmirail !

 

Ticketac : Récemment, y a-t-il un spectacle ou une pièce qui vous a enchantée et que vous recommanderiez ?

L.M. : J’ai récemment été voir deux pièces que j’ai particulièrement appréciées. La Vénus à la fourrure, mise en scène par Jérémy Lippmann avec Nicolas Briançon et Marie Gillain. A chaque fois que je vais voir jouer Nicolas Briançon, j’oublie que je suis au théâtre, je suis complètement transportée par la pièce, j’adorerais jouer pour lui. Quant à Marie Gilain, elle est fabuleuse. Cela m’a rappelé Mon père, ce héros. J’aime beaucoup cette actrice et j’ai adoré la retrouver dans cette pièce. Je recommanderais également The Servant, qui se joue au Théâtre de Poche-Montparnasse. Maxime D’Aboville est époustouflant, il a d’ailleurs reçu un Molière pour cette pièce.

 

Ticketac : Est-ce que vous avez une astuce pour gérer le trac avant de monter sur scène ?

L.M. : J’ai appris une méthode de relaxation, la méthode Jack Waltzer,  à l’occasion d’un stage avec l’acteur Xavier Laurent. C’est une méthode qui permet de disposer pleinement de ses moyens et de gérer son stress, afin qu’il ne soit pas mauvais. J’essaye de pratiquer cette méthode pendant vingt minutes avant chaque montée sur scène. J’en profite pour m’isoler, je ferme les yeux et j’imagine un endroit où je suis détendue. Ainsi, j’ai le sentiment d’être davantage centrée, plus à l’écoute de moi-même et de mieux respirer.

 

Ticketac : Si vous deviez faire un selfie avec une personne que vous admirez, laquelle serait-elle ?

L.M. : Ce serait avec la sublime Cate Blanchett, je considère qu’elle représente tout ce qu’une actrice peut être. J’aimerais beaucoup aussi faire un selfie avec Omar Sy. C’est un acteur que j’admire. Je trouve qu’il respire la sympathie et qu’il dégage une incroyable joie de vivre !

 

Ticketac : Qu’est-ce qu’on peut vous souhaiter pour la suite ?

L.M. : Le Festival Mises en Capsules en ce moment, bientôt le Festival d’Avignon, j’ose espérer un jour le Festival de Cannes ! J’aspire à tout un tas de projets et de rencontres. Mon rêve est véritablement d’avoir la possibilité de jouer autant au théâtre qu’au cinéma.

 

>> Réservez vos places pour le Festival Mises en Capsules sur Ticketac.com

Mises en capsules

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS