Skip to content

Romane et Richard Bohringer au Théâtre de l’Atelier dans J’avais un beau ballon rouge

Richard et Romane Bohringer, père et fille, à la scène comme à la ville, se retrouvent cette saison au Théâtre de l’Atelier, dans J’avais un beau ballon rouge, d’Angela Dematté. Sur une mise en scène de l’excellent Michel Didym, nous voilà plongés dans l’Italie des années 60… Immanquable !

J’avais un beau ballon rouge, avec Romane Bohringer et Richard Bohringer

 

romane et richard boringerAprès un succès retentissant, en 2013, au Théâtre du Rond-Point, la célèbre pièce historique J’avais un beau ballon rouge (Avevo un bel pallone rosso en italien), de la jeune auteur Angela Dematté (Prix Riccione de la dramaturgie), reprend, cette saison, au mythique Théâtre de l’Atelier. Sur les planches, on retrouve avec plaisir deux monstres sacrés du cinéma français, deux comédiens d’exception au caractère bien trempé : Romane et Richard Bohringer.

Sur une mise en scène de Michel Didym (à qui l’on devait déjà l’adaptation irrésistible du Malade imaginaire, en 2015, au Théâtre du Gymnase) on découvre l’histoire émouvante de Margherita Cagol, dit Mara, compagne de Renato Curcio, fondateur des Brigades Rouges. Face à elle, son père, qui l’aime aveuglément… Richard Bohringer, l’indomptable, l’insoumis, campe ici un petit commerçant de Sardaigne, modeste, discret, plein de bon sens, qui tente par tous les moyens de comprendre sa fille, de parler avec elle, de conserver un lien fragile malgré leurs désaccords idéologiques.

Juste, touchante, drôle et sincère, J’avais un beau ballon rouge est la première pièce que partagent l’aérienne Romane Bohringer et son célèbre paternel… A ne pas manquer !

Le saviez-vous ?

Le talent des Bohringer a été salué par le Palmarès du Théâtre (cérémonie venant remplacer les Molières) avec le prix du Coup de coeur du public !

Les Bohringer : le talent de génération en génération

 

Acteur, réalisateur, chanteur, écrivain… Richard Bohringer, artiste aux multiples talents, est une figure emblématique du cinéma français. Après s’être fait connaître en 1981 dans Diva, de Jean-Jacques Beineix, il tourne avec les plus grands réalisateurs (Claude Zidi, François Truffaut, Jean-Pierre Mocky…) dans près d’une centaine de films.

Le talent pour la comédie semble être un don héréditaire que Monsieur Bohringer a transmis à sa fille Romane. Elle qui débute au cinéma dans Les Nuit fauves, de Cyril Collard (qui lui valut d’ailleurs le César du meilleur espoir féminin en 1993), se passionne également pour le théâtre. On se souvient notamment d’Embrassons-nous, Folleville ! d’Eugène Labiche, au Théâtre de la Pépinière, de La Marche de Bernard-Marie Koltès, en 2009, ou de Face de cuiller, de Lee Hall, sur des mises en scène de Michel Didym (encore lui) au Théâtre des Abbesses.

Malgré leur gout respectif pour la scène, il aura fallu attendre J’avais un beau ballon rouge pour les découvrir ensemble sur les planches… Un événement donc !

javais un beau ballon rouge ticketac blog bas

>>Un duo familial émouvant et complice, dans J’avais un beau ballon rougesur une mise en scène de Michel Didym, au Théâtre de l’Atelier. Réservez dès maintenant vos places sur Ticketac.com

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS