Skip to content

Reservoir Dolls au Laurette Théâtre

Aux amateurs de films de gangsters, de truands, de polars noirs, de scènes sanglantes et d’humour décapant et décalé découvrez, sans tarder, Reservoir Dolls. Sur la scène du Laurette Théâtre,cette pièce ultra-dynamique signée Ze Company est inspirée d’une des oeuvres cultes de Quentin Tarantino…

Reservoir Dolls ou l’univers tarantinesque sur les planches

reservoirdollsblog imgdansletexteVoilà une comédie moderne, mordante, sanguinolente qui plaira autant aux curieux qu’aux puristes du genre ! Souvenez-vous, Mister Orange, Mister White, Mister Pink… Nous sommes en 1992 et Quentin Tarantino sort son tout premier film (un premier projet, My Best Friend’s Birthday, tourné en 1987, n’est jamais sorti officiellement), Reservoir Dogs, sorte de tragédie moderne, violente, boostée à la gazoline et à la testostérone. On retrouve déjà dans la réalisation les éléments clés qui feront le succès du réalisateur américain, un suspense insoutenable, des répliques cultes, une narration non linéaire, de l’action, du sang (beaucoup) ou encore une bande originale survitaminée rappelant les années 70.

Au Théâtre Laurette cette saison, la Ze Company (anciennement Paris Gagné) nous offre une adaptation théâtrale burlesque à souhait, complètement barrée, qui reprend à merveille l’esprit initial du film, à un détail prêt… Les personnages tarantinesques sont ici joués par des femmes (avec, entre autres, Valérie Melloul, Ilana Azria, Laure Hestin, Sonia Leval…) ! Sur une mise en scène au cordeau de Patrick Azria, on redécouvre avec plaisir l’histoire de ce braquage foiré qui va entrainer les protagonistes dans un huis-clos à l’issue fatale… A voir !

Egalement à l’affiche au Laurette Théâtre

Le Laurette Théâtre nous offre, chaque saison, une programmation éclectique, riche et variée qui sait satisfaire les théâtrophiles invétérés et enthousiasmer les moins téméraires ! Pour ceux qui auraient une envie pressante de se détendre et de gigoter des zygomatiques, découvrez Le Paradis c’est l’Enfer, la « première pièce politique sans langue de bois » ! Sur une mise en scène de Claire Toucour on retrouve, sur les planches, Sebastien Falgoux (également auteur de la pièce) et Marie Le Guennic. Quand le premier ministre française (mort d’une crise cardiaque) rencontre, dans la salle d’attente de Saint-Pierre, Maryline Delion, une prostitué, décédée (dans l’exercice de ses fonctions) dans la voiture du ministre de l’Intérieur… ça fait forcément des étincelles !

leparadiscestlenferblog

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS