Skip to content

Le Chien, d’Eric-Emmanuel Schmitt, au Théâtre Rive Gauche

Véritable succès, cette année, au festival Off d’Avignon, Le Chien, d’Eric-Emmanuel Schmitt, est à découvrir cette saison au Théâtre Rive Gauche. Sur une mise en scène de Marie-Françoise et Jean-Claude Broche, on plonge avec émotion dans l’univers – toujours – attachant de l’auteur… A voir !

Le Chien, une enquête policière sensible et émouvante

lechienrivegaucheblog imgdansletexteDans une petite bourgade discrète de Belgique, cinq jours après la mort accidentelle d’Argos, son fidèle compagnon canin, Samuel Heymann, un médecin octogénaire aimé et respecté de tous, met fin à ses jours. Personnage solitaire, silencieux, secret, il avait pourtant lié, depuis quarante ans, une relation forte et sincère avec ses différents chiens (tous des beaucerons) partageant, uniquement avec eux, les traumatismes de sa jeunesse. Dans une ultime lettre, adressée à sa fille Miranda, le vieil homme se confie et lève enfin le voile sur une existence bouleversante… L’enfer de la guerre, Auschwitz, les camps de la mort, la perte terrible et totale de dignité mais l’humanité retrouvée dans la tendresse naïve et sans condition du chien d’un soldat nazi.

Tiré du superbe recueil de nouvelles, Les deux messieurs de Bruxelles (publié en 2012), d’Eric-Emmanuel Schmitt (à qui l’on doit, entre autres le triomphe d’Oscar et la dame en roseLa Tectonique des sentiments, The Guitrys…), ce récit saisissant est un petit bijou d’écriture… Tout y est, la passion, la haine, le désir puissant de vengeance, l’absence éprouvante de communication et le pardon, nécessaire pour réapprendre à vivre, à aimer.

C’était un pari risqué (le texte original comporte peu de dialogues) mais l’adaptation théâtrale, à découvrir cette saison au Théâtre Rive Gauche, avec Mathieu Barbier et Patrice Dehent, sublime parfaitement l’oeuvre de l’auteur ! La mise en scène de Marie-Françoise et Jean-Claude Broche est épurée, la scénographie intimiste, les flashbacks nous transportent, sans violence, dans un passé ténébreux et brisent le silence d’une vie. A ne pas manquer !

Petits crimes conjugaux, également à l’affiche du Théâtre Rive Gauche

Si vous êtes un inconditionnel du travail d’Eric-Emmanuel Schmitt, découvrez également à la rentrée, Petits crimes conjugaux. Sur une mise en scène de l’excellent Jean-Luc Moreau, Sam Karmann (un habitué des planches, révélé à la télévision dans la série Navarro et au cinéma dans Cuisine et dépendances et la Cité de la Peur), incarne un personnage qui, après un mystérieux accident, va oublier l’intégralité de sa vie, son métier, son identité, ses amis… Liza, sa femme (jouée par Fanny Cottençon) va l’aider à retrouver la mémoire… Mais est-elle vraiment sa femme ?

petitscrimesconjugauxrivegauche

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS