Skip to content

Interview : Laetitia Casta et Raphaël Personnaz, irrésistibles

Adapté, au Théâtre de l’Oeuvre, par le réalisateur Safy Nebbou, Scènes de la vie conjugale, chef d’œuvre cinématographique d’Ingmar Bergman, est l’un des petits bijoux de cette saison théâtrale. Dans une élégie amoureuse à couper le souffle on suit l’évolution, sur vingt ans, d’un couple dit « modèle » dont les fêlures cachées vont ternir, petit à petit, l’apparente perfection.

Sur les planches, Laetitia Casta et Raphaël Personnaz, irrésistibles, incarnent avec beaucoup de talent ce duo angélique, magnétique et si complexe ! Découvrez notre interview exclusive.

Scènes de la vie conjugale étant une œuvre mythique, comment travaille-t-on, en amont, un projet d’une telle envergure ?

Raphaël Personnaz : Personnellement, même si j’avais, évidemment, entendu parler du film, je n’ai pas voulu le voir… Je ne voulais surtout pas me laisser influencer pour ne pas faire de la pièce une simple photocopie. C’est important de trouver sa propre interprétation.

Laetitia Casta : Moi je l’avais déjà vu, mais il y a de ça tellement longtemps que je n’en avais plus qu’un vague souvenir.

Vous vous êtes donc concentrés sur le texte…

Raphaël Personnaz : Celui de la série d’abord, puisque Bergman, avant d’en faire un film, avait réalisé un feuilleton de six épisodes pour la télévision. J’ai trouvé qu’il était extrêmement riche, très détaillé, un terreau de recherche infini pour un comédien. C’est d’ailleurs ce qui m’a donné envie de jouer cette pièce.

Laetitia Casta : C’est vrai que c’est une très belle partition, généreuse et vraie. Elle parle tellement bien de la vie, des femmes… J’ai une émotion particulière pour mon personnage, Marianne, qui a tant de mal à être elle-même mais qui va pourtant réussir à évoluer pour le meilleur.

Il faut dire que le couple que vous incarnez représente, au début, la perfection et la réussite absolue !

Raphaël Personnaz : Oui, mais c’est une belle façade qui se craquelle assez rapidement. Ce sont des gens qui, toute la journée, analysent les relations humaines puisque lui, est chargé de cours à l’institut psychotechnique et elle, est une avocate spécialiste en divorce. Ils ont donc des milliers de certitudes sur la vie, sur le travail… Mais face à leur propre histoire d’amour, ils sont complètement démunis ! J’adore cette idée que même le plus grand scientifique ou politique de la planète, lorsqu’il se retrouve en difficulté avec ses émotions amoureuses, est exactement comme Monsieur Tout-le-monde. Au moins, sur ce point, on est tous au même niveau, on pleure, on hurle, on est perdu.

© Pascal Victor/ArtComPress

C’est un sujet qui ne laisse pas indifférent, c’est sûr…

Raphaël Personnaz : Dans le public, c’est assez amusant, on sent, en live, que ça libère des émotions, jusqu’à devenir interactif. Au départ, ça m’a même surpris, dans ce théâtre, de voir à quel point on est proche et à quel point on voit bien les réactions des gens. J’ai pu entendre une femme dire à son mari, après une intervention de mon personnage : « Ça, c’est toi tout craché » (rires).

Laetitia Casta : Moi j’essaie de faire abstraction de tout ça mais c’est vrai que, maintenant, dès le début avec la vidéo qui est retransmise sur les deux écrans géants, on arrive directement à capter l’ambiance de la salle. On sait si elle est attentive ou excitée… Par rapport à ce que j’ai déjà pu faire au théâtre, c’est la première fois que nous, comédiens, avons véritablement la maîtrise sur les spectateurs.

Comment cela se matérialise, sur scène ?

Laetitia Casta : Chaque soir, c’est comme un laboratoire de recherche, on découvre un nouveau public avec une atmosphère qui lui est propre. Selon les réactions, il faut se débrouiller pour ne pas suivre un rythme imposé… Avec Raphaël, on fait plutôt en sorte d’emmener les gens vers quelque chose qu’ils n’attendaient pas.

Raphaël Personnaz : Comme la mise en scène de Safy est très épurée et que l’accent est mis sur nos seuls personnages, il ne faut pas devenir trop froid ou mécanique. Il faut être en totale connexion et se faire passer des messages sans se parler.

Laetitia Casta : On se fait les gros yeux sur scène (rires).

© Pascal Victor/ArtComPress

En tout cas, ça fonctionne, la complicité est évidente !

Raphaël Personnaz : Il faut qu’il y ait une complicité parce que c’est une pièce très intime. Quand on répète, comme on l’a fait, neuf heures par jour, ça vous atteint personnellement. Il faut savoir aussi garder une certaine distance…

Justement, avec une pièce aussi prenante, comment fait-on pour sortir de son personnage après une représentation ?

Raphaël Personnaz : Moi, je bois (rires) !

Laetitia Casta : Effectivement, ce n’est pas toujours évident parce que c’est une pièce qui demande beaucoup de concentration, de sincérité, d’abandon. Il faut savoir lâcher prise. Mais vu que c’est un texte intelligent, je pense que, lorsque l’on arrive à être juste et sincère, on ne peut que récupérer de l’énergie positive et être heureux.

Pour finir, en quelques mots, pourquoi faut-il absolument venir vous voir au Théâtre de l’Oeuvre ?

Raphaël Personnaz : Parce que Gilles Porte, avec qui j’avais déjà travaillé dans le film de Safy NebbouDans les Forêts de Sibérie (adapté du livre éponyme de Sylvain Tesson, NDLR), a fait un travail d’orfèvre, avec des jeux de lumières extraordinaires et des ambiances sublimes et parce qu’il y a des paroles, dans cette pièce, qui touchent tout le monde. On aime voir, dans un autre couple, cette image d’amour parfait mais dès que c’est un peu détérioré, ça nous remet tous en question.

Laetitia Casta : Au final, c’est une pièce hautement optimiste qui parle de la vie et qui nous pousse, chacun de nous, à accepter qui l’on est.

A part, bien sûr, Scènes de la vie conjugale, quelle pièce pourriez-vous nous conseiller en ce moment ?

Raphaël Personnaz : Je ne vais pas être objectif parce que se sont des amis, mais Le P’tit Monde de Renaud, au Théâtre du Palais Royal. J’ai adoré leur spectacle, c’est magique, hyper joli, avec des musiciens en live… Une petite perle !

>> Pour découvrir Scènes de la vie conjugale, avec Laetitia Casta et Raphaël Personnaz, au Théâtre de l’Oeuvre, réservez dès maintenant vos places et bénéficiez de tarifs réduits sur Ticketac !

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS