Skip to content

Interview : Stéphane Plaza prolonge aux Bouffes Parisiens

Triomphe ! Reprise ! Plus en forme que jamais, Stéphane Plaza est de retour sur les planches du Théâtre des Bouffes Parisiens pour jouer les prolongations du Fusible. Dans cette comédie disjonctée, aux côtés d’Arnaud Gidoin, il prouve une nouvelle fois qu’il est un comédien hors pair… Découvrez notre interview, sans concession, de l’agent immobilier préféré des français !

Entre l’immobilier, la télé et le théâtre, comment est-ce qu’on gère un emploi du temps comme le vôtre ?

Il faut simplement faire les choses par envie et ne pas penser au côté financier… Le théâtre, c’est ma première histoire d’amour, même si j’ai longtemps hésité à y revenir.

Qu’est-ce qui vous retenait ?

J’avais peur que les gens croient, à tort ou à raison, que c’était mon succès à la télévision qui me poussait à monter sur scène alors que c’est une passion que j’ai depuis toujours. Plus jeune, j’ai pris des cours et fait sept ans de conservatoire.

Vous aviez la volonté d’en faire un métier ?

Non, pas vraiment, c’était plutôt un rêve de gosse, une manière de m’évader, d’incarner des personnages différents, d’avoir plusieurs vies…

Donc aujourd’hui vous réalisez un de vos fantasmes…

Oui, mais avant de me sentir prêt, j’ai attendu d’être positionné professionnellement, d’avoir un certain rythme de vie.

Quel a été le déclencheur ?

Un soir, je suis allé à La Cigale, voir une amie qui jouait Le Misanthrope… ça a été comme un déclic, il fallait que je revienne au théâtre. J’ai accepté le projet de producteurs qui me harcelaient et j’ai commencé à flipper (rires) !

Credit photo : Evelyne Desau

Le trac ?

Complètement, mais seulement cinq minutes avant de monter sur scène ! Là, on en est à plus de 220 représentations pour Le Fusible et je suis toujours autant stressé.

Pourtant ça ne se voit pas du tout !

C’est ce qu’on me dit… Je ne sais pas si c’est cette scène, ce théâtre des Bouffes-Parisiens en particulier ou autre chose mais quand je suis sur les planches, je suis boosté, il se passe vraiment un truc !

Credit photo : Evelyne Desaux

En tout cas, dès le début de la pièce, on sent que vous avez un lien très particulier avec le public… et des talents d’improvisateur !

L’ouverture, où je m’adresse directement aux spectateurs et où ils me répondent, comme en stand up, c’est un danger perpétuel pour moi parce que je suis obligé d’improviser selon ce qu’on me dit… Je suis sur le fil du rasoir mais c’est tellement jouissif !

Vous pouvez nous en dire plus sur votre personnage ?

C’est un salaud qui veut abandonner sa femme pour une jeune maitresse très « poumonée », à la plastique parfaite. Il a peur de vieillir mais il a un grand cœur ! Après avoir perdu la mémoire, il ne pense plus qu’à sa femme et personne d’autre ne l’intéresse.

C’est un personnage de fiction ?

C’est un personnage de composition : j’ai dû prendre sept kilos parce que mon partenaire Arnaud Gidoin me trouvait trop beau par rapport à lui (rires) !

Il parait qu’au départ vous ne deviez pas avoir ce rôle…

Je devais justement avoir celui d’Arnaud, qui joue le meilleur ami boulet. Honnêtement, heureusement que nous avons inversé parce qu’il est tout simplement excellent dans son interprétation ! Il parait que c’est parce qu’il est plus con que moi… (rires)

Credit photo : Evelyne Desaux

Votre secret pour être aussi dynamique ?

Il faut prendre du temps pour s’occuper de soi… Quand on a eu un accident ou quand on a des personnes très chères qui sont parties, comme c’est le cas pour moi, il faut prendre conscience que la vie est belle, mais qu’elle file ! En gros, profiter des plaisirs simples.

Après Le Fusible, qu’est-ce que vous allez faire ?

C’est LA question importante. Je pense qu’il y aura un vrai break, sans théâtre. Déjà par respect pour ma santé, ma tension nerveuse… mais avec l’idée de repartir encore plus fort après !

Si vous deviez faire un choix, un seul  : télé, immobilier ou théâtre ?  

J’ai toujours dit que j’arrêterais la télé et je le pense encore ! Après, je crois que j’ai vraiment l’ADN pour être dans l’immobilier, c’est aussi une passion, mais le théâtre me perturbe dans le bon sens, parce que c’est un lien direct avec le public. Le choix entre ces deux activités-là serait très compliqué à faire !

Les questions express :

Les pièces que vous nous recommandez ? La Dame Blanche, avec Arthur Jugnot, un super spectacle, très innovant ! Sinon, il faut absolument que j’aille voir La Garçonnière, au Théâtre de Paris.

Le projet que vous ne pourriez pas refuser ? Travailler avec Luchini. Je suis capable d’accepter une pièce même si je n’ai qu’une seule phrase à lui dire ! C’est quelqu’un qui a un vrai univers, qui est exigeant… Comme tous les génies il est dans un monde à part.

Dragueur comme votre personnage ou plutôt romantique ? Je suis un éternel romantique ! Un provocateur… mais très timide ! Je crois aux belles choses, notamment à l’amour absolu.

Le rôle de vos rêves ? Je pourrais surprendre, aller où on ne m’attend pas… J’ai une tête de clown mais j’ai les capacités pour jouer des personnages dramatiques et plus sérieux. Je tenterai le virage un jour ou l’autre !

Stéphane Plaza avec Nathalie et Matthieu de Ticketac

>> Pour (re)découvrir Stéphane Plaza, sur scène, dans Le Fusible, réservez dès maintenant vos places et bénéficiez de tarifs réduits sur Ticketac !

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS