Skip to content

Sébastien Azzopardi met en scène Oh my God d’Askins

Attention, belle surprise à l’horizon… Pendant la saison estivale, direction le Théâtre Tristan Bernard pour découvrir Oh my God !, comédie délirante, subversive et démentielle à souhait, signée Robert Askins. Au programme, un club d’ados en crise, une marionnette possédée par Satan et des secrets inavouables. Une petite pépite théâtrale atypique, mise en scène par l’excellent Sébastien Azzopardi.

Oh my God ! Comédie diabolique

Si, la saison dernière, le célèbre Théâtre Tristan Bernard nous a régalé d’un savoureux, surréaliste et déjanté Bigre (de Pierre Guillois, nommé à trois reprises à la cérémonie des Molières 2017), le voilà qui récidive avec un tout nouveau spectacle surprenant, azimuté, diabolique : Oh my God ! Véritable triomphe outre-manche et outre-atlantique (plusieurs nominations aux Tony et aux Laurence Olivier Awards), cette pièce moderne et revigorante du jeune auteur américain Robert Askins s’offre une version française survoltée, repensée par les excellents Sébastien Azzopardi et Sacha Danino. Duo incontournable de la nouvelle scène théâtrale française, on leur doit notamment les sublimes Dernier coup de ciseaux, Le tour du monde en 80 jours ou La Dame Blanche (toujours à l’affiche du Théâtre de la Renaissance). Sur les planches on retrouve (entre autres), Thomas Ronzeau, irrésistible dans Les 39 Marches, au Théâtre des Béliers Parisien et au Palace (mise en scène d’Eric Metayer), ainsi qu’Alexandre Jérôme, récemment à l’affiche de La Poupée sanglante, au Théâtre de la Huchette.

L’histoire nous transporte en Vendée, dans un petit village bien tranquille, loin du tumulte de la ville, où les habitants coulent des jours heureux… ou presque ! Les secrets inavouables et les non-dits enfouis vont peu à peu refaire surface, sous l’influence démoniaque de Raymond, la marionnette d’un ado mal dans sa peau. Comble de l’horreur, en plus de penser indépendamment de son propriétaire, Raymond prétend qu’il est le diable…

A l’affiche du Théâtre Tristan Bernard

Ah ! La performance sportive ! Après la préparation physique et mentale, l’entrainement acharné, la patience et l’abnégation vient (paraît-il) l’exaltation du dépassement de soi… Dans La Tragédie du Dossard 512Yohann Métay, compétiteur dans l’âme, vous plonge dans le quotidien d’un adepte de l’Ultra-trail, discipline d’endurance, de longue distance, hautement éprouvante. Du training au départ de la course, de l’enthousiasme à la souffrance physique, des réflexions tordues aux rencontres loufoques, le talentueux humoriste (formé en équipe de France d’impro) vous livre une véritable aventure humaine. Que vous soyez un jogger du dimanche, un spécialiste du running ou un simple amateur d’humour décalé, ce one-man unique en son genre saura titiller vos zygomatiques… A voir !

>> Pour découvrir, cette saison, Oh my God, la première comédie diabolique, au Théâtre Tristan Bernard, réservez dès maintenant vos places et bénéficiez de tarifs réduits sur Ticketac !

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS