Skip to content

Marco Polo et l’Hirondelle du Khan au Théâtre la Bruyère

Cette saison, au Théâtre La Bruyère, direction les grandes steppes mongoles avec Marco Polo et l’Hirondelle du KhanAprès le triomphe de la pièce Les Cavaliers, Eric Bouvron nous offre une toute nouvelle création épique, humaniste, musicale et poétique à souhait, à la rencontre de deux personnage charismatiques.

L’Hirondelle après Les Cavaliers

Souvenez-vous, nous avions laissé Eric Bouvron, en 2016, avec Les Cavaliers (Molière du Théâtre privé), adaptation lumineuse du roman éponyme de Joseph Kessel. Petit bijou théâtral, sur scène, nous suivions les aventures du jeune afghan Ouroz, incarné avec talent par Grégori Baquet (Molière de la révélation masculine, dans Un Obus dans le cœur, de Wajdi Mouawad, en 2014), prêt à participer au Bouzkachi du Roi, un violent tournoi de cavaliers. Cette saison, changement de décor, au Théâtre La Bruyère, avec Marco Polo et l’Hirondelle du Khan. Toujours aussi passionné, curieux et consciencieux, Eric Bouvron a planché sur un sujet passionnant : la rencontre entre le vénitien Marco Polo (Kamel Isker, en alternance avec Eliott Lerner), 20 ans à peine, et Kubilaï Khan (petit fils du grand Gengis Kahn), premier empereur mongol de Chine. Extrêmement puissant, ce dernier tend à réunifier tout un empire et voit en ce jeune voyageur étranger, un atout potentiel pour ses futures conquêtes.

Mais bien plus que les richesses du souverain (Laurent Maurel sur les planches), c’est surtout l’une des quatre épouses du Khan, Hirondelle (la sublime comédienne Jade Phan-Gia, déjà vu dans la série Baron Noir), d’une beauté rare, qui va faire tourner la tête de Marco Polo…

Côté scénographie, on joue la carte de la sobriété pour magnifier le texte, les émotions, et mettre à l’honneur la musique (sublime prestation de la mezzo-soprano Cécile Meltzer) et la danse. Un voyage fantasmagorique et poétique unique, à déguster sans modération au Théâtre la Bruyère.

Egalement à l’affiche…

Décidément, cette saison au Théâtre La Bruyère, on mise sur l’émotion avec Les fantômes de la rue Papillon ! Après une première – belle – exploitation au Théâtre du Gymnase, le tandem Michel Jonasz et Samy Seghir (Michou d’AuberNeuilly sa mère !, A toute épreuve…) rempile pour notre plus grand plaisir. Sur scène, ils sont respectivement Joseph, l’une des victimes de la rafle du Vél’d’Hiv, et Haïssa, tué par la police lors d’un contrôle d’identité. Perdus dans les limbes, ils vont faire connaissance, s’entraider. Tendre et touchant, ce spectacle signé Dominique Coubes est une petite perle. A voir !

>> Pour découvrir Marco Polo et l’hirondelle de Khan, au Théâtre La Bruyère, dénichez les meilleurs prix et réservez vos places sur Ticketac !

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS