Skip to content

Isabelle Huppert lit Sade à la Salle Pleyel

Du désir, de la grivoiserie mais aussi du cynisme et de la perversité : toutes les facettes de la passion sont à l’honneur à la Salle Pleyel, qui offre sa scène prestigieuse à une lecture de Sade, par la grande comédienne Isabelle Huppert. C’est le philosophe Raphaël Enthoven qui a réuni, pour ce spectacle, les textes issus de deux œuvres emblématiques de l’écrivain libertin du XVIIIe siècle…

Sade, Justine, Juliette… Et Isabelle Huppert !

isabellehuppertsallepleyelblogDans ses célèbres ouvrages, Justine ou les Malheurs de la vertu, publié en 1791 et, dix ans plus tard, L’histoire de Juliette ou les prospérités du vice, Sade confronte deux sœurs que tout oppose. Justine défend coûte que coûte sa vertu dans un univers de débauche, mais n’en retire que du désespoir, tandis que Juliette se jette à corps perdu dans le vice, qui constitue finalement pour elle la clef du bonheur. Pour cette nouvelle saison théâtrale, l’intérêt du spectacle proposé par le génial Raphaël Enthoven, professeur de philosophie et animateur passionné pour la radio (dans La morale de l’info et Qui vive ?, sur Europe 1) et la télévision (Philosophie, sur Arté), réside dans le choix de confier les deux personnages à l’irrésistible et incontournable Isabelle Huppert, sublime en 2008 dans Le Dieu du Carnage, de Yasmina Reza, au Théâtre Antoine. Les caractères opposés décrits par le sulfureux marquis n’incarneraient-ils pas, en fin de compte, les différents penchants d’une même âme humaine? C’est donc à une véritable exploration des sentiments humains que sont conviés les spectateurs de la Salle Pleyel, cet hiver…

Isabelle Huppert, comédienne d’exception

Qui mieux qu’Isabelle Huppert aurait pu endosser ces deux rôles? Sur la scène de la Salle Pleyel, la talentueuse comédienne incarne tour à tour Justine et Juliette, transformant ainsi la confrontation entre le vice et la vertu en combat intérieur. La comédienne maintes fois récompensées (César de la meilleure actrice pour La Cérémonie, de Claude Chabrol, en 1996, Meilleure actrice au Festival de Cannes en 1978 et 2001, Lion d’or au Festival de Venise, en 2005, pour l’ensemble de sa carrière…) est connue pour ses prises de risques dans des rôles particulièrement exigeants. Nul ne doute que cette lecture de Sade permette à la grande actrice de déployer toute les nuances de son jeu dépouillé et théâtral. A ne pas manquer !

isabellehuppertsallepleyelblog-imgdansletextebas

© Katerina Jebb pour Madame Figaro

Partager
Share Button
Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser des balises HTML basiques dans votre commentaire. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ce commentaire via son fil RSS